remettre la création au coeur

après des années de fast-fashion et de consommation compulsive, c’est un peu comme si on avait oublié qu’un vêtement, avant de se retrouver sur un portant, est l’aboutissement d’un long processus de création. c'est un concentré de savoir-faire, de dur labeur, d’humains, d’imagination et de technique. 

création-salut-beauté

chez salut beauté, nous développons toutes nos pièces de a à z, à paris. le développement, c’est aussi bien la recherche de coupes, de tissus, de silhouettes que le croquis, en passant par la création de patronages et l’essayage des prototypes. c’est un processus long et laborieux, peu connu des consommateurs et qui peut varier d’une maison à une autre. chez salut beauté, ce processus prend environ 6 mois.

comment ça se passe concrètement ?

tout commence par une feuille blanche, comme n’importe quel processus créatif. et pour choisir la bonne direction, quoi de mieux que de s’adresser directement aux principales concernées, c’est-à-dire vous, notre très chère communauté ? tous les 3 ou 4 mois, nous mettons à votre disposition un questionnaire, vous permettant de formuler vos envies, vos besoins et vos pistes d’amélioration.

s’en suit ensuite de longues semaines de recherche, de moodboards, de tableaux pinterest et de brainstormings enflammés. où est-ce qu’on place ce bouton ? comment fait-on tomber cette manche ? combien de centimètres doit faire la fente ? autant de questions de la plus haute importance, qui vont donner au vêtement son âme.

croquis-création-salut-beauté

après avoir réalisé un croquis à main levée (réalisé par les brendas elles-mêmes), nous le confions à notre modéliste superstar qui va, sur cette base, réaliser une toile à la main. la toile, c’est le moment où le vêtement prend vie pour la première fois : c'est tout simplement la pièce réalisée dans un tissu en coton écru, sur laquelle on va pouvoir faire des annotations, des tests de coupe, jusqu’à ce qu’elle nous semble parfaite (plusieurs toiles sont en général nécessaires pour parvenir au résultat escompté, surtout quand la coupe est complexe - on parle de 2 à 3 essayages qui peuvent durer plusieurs heures).

une fois la toile enfin validée, notre modéliste réalise un patronage. autrement dit, elle va découper tous les « morceaux » du vêtement. 

c’est seulement après toutes ces étapes que nous pouvons enfin réaliser un prototype dans le tissu final. le vêtement prend enfin vie, dans sa globalité.

pourquoi on vous raconte tout ça ? dans un monde où la fast-fashion s’est imposée comme mode de consommation privilégiée, ce processus de création est de plus en plus rare. pourquoi ? tout simplement parce qu’il est long et coûteux et donc incompatible avec le modèle fast-fashion par définition, qui repose souvent sur la copie pour gagner du temps et maximiser les marges.

à noter que, plus les quantités produites sont faibles, plus ce processus pèse particulièrement sur les coûts, plus le produit final est cher. 

on pense qu'il est important d'être conscient.e.s de tout ce travail de l'ombre, qui est quelque part la raison d'être de la mode, mais qu'on met souvent de côté aujourd'hui.

la sélection des matières & des fournitures

création-salut-beauté

nous sélectionnons et achetons toutes nos matières et nos fournitures nous-mêmes, avec soin. pourquoi on vous dit ça ? car souvent, ce sont les ateliers de fabrication qui s’en chargent pour leurs clients (les marques), pour plus de simplicité.

autrement dit, beaucoup de marques collaborent avec des ateliers dits “de produits finis”, qui partent d’un croquis et prennent en charge le processus de développement, le sourcing matières et tout ce que l’on vient de décrire.

car oui, on ne va pas se mentir, ça complique pas mal les choses de tout faire soi-même. alors pourquoi on fait ça ? tout d’abord parce que nous ne pourrions pas pratiquer notre modèle d’upcycling si nous n’achetions pas nos matières nous-mêmes.

ensuite, parce que cela nous permet d’avoir une connaissance extra-fine de notre produit et une traçabilité maximale. par exemple, aviez-vous déjà remarqué que nos boutons avaient une forme particulière, unique ? ils sont réalisés sur-mesure en france, d’après un design que nous avons réalisé nous-mêmes (qui reprend la forme de notre insigne).

cela nous permet également d’être sûres que chaque parcelle de notre vêtement répond à nos critères de qualité, d’éco-responsabilité et d’éthique.

car des “parcelles”, autrement dit des “fournitures”, il y en a dans un vêtement. quelques exemples :

    • les boutons
    • les fermetures éclair
    • le fil
    • les étiquettes de marque
    • les étiquettes de composition
    • le thermocollant (il s’agit d’une fine pellicule de tissu collé au tissu principal, qui permet de donner à certains vêtements (ou parties du vêtement) un aspect plus rigide. on pense par exemple aux vestes ou aux cols de chemises).
    • les épaulettes & cigarettes (les épaulettes constituent un rembourrage sur les épaules, indispensable pour accentuer la carrure et donner un meilleur tombé aux vestes. pour une finition parfaite on interpose des cigarettes de manches entre la tête de manche et l’épaule).

alors oui, cela suppose d’avoir de nombreux interlocuteurs différents et de sans cesse être en alerte afin d’assurer le réapprovisionnement, mais la maîtrise du produit est à l’arrivée bien plus importante et on sait exactement ce que l’on met dans vos armoires. 

nouveautés